La formation en ligne : la bataille contre les préjugés académiques

Le monde d’aujourd’hui est en constante évolution, encouragé par les améliorations technologiques et la croissance d’internet, les gens vivent d’une façon particulière la manière avec laquelle ils se rencontrent, et tendent à s’isoler de plus en plus. Cela influence la façon qu’ont les étudiants d’apprendre.

Cependant, malgré le fait que la formation en ligne connaisse la croissance la plus rapide de tous les moyens d’apprentissage du secteur de l’éducation, elle se heurte à un fort scepticisme des élèves, professeurs et représentants du secteur public qui conservent une mauvaise image de l’éducation en ligne, et préfèrent que les étudiants reçoivent leur diplôme de manière plus traditionnelle. Nous avons cherché à savoir si ces inquiétudes concernant l’E-learning sont basées sur des préjugés ou si elles sont justifiées.

De manière générale, les réfractaires à la formation en ligne suggèrent que l’environnement des salles de classe offrirait des bénéfices exclusifs comme poser des questions directement au professeur, socialiser et avoir une expérience personnelle que les étudiants sont incapables de recevoir avec des cours à distance.

L’image de l’étudiant dans son pyjama, à peine conscient face à l’écran d’ordinateur faiblement éclairé, sans lequel sa chambre ne ressemblerait qu’à un abîme sans fond et sans lumière est le stéréotype courant des étudiants ayant obtenu leurs diplômes en ligne.

Les sceptiques suggèrent que les formations en ligne seraient d’avantage créées dans le but d’économiser de l’argent plutôt que de délivrer des diplômes de qualité. A cause de cette croyance populaire, il est courant dans l’opinion publique de penser que les diplômes obtenus en ligne valent moins que les diplômes universitaires traditionnels.

Ce qui reste au cœur des préoccupations des personnes réfractaires à la formation en ligne est le fait que la formation en ligne est antisociale et qu’elle ne peut préparer pleinement les étudiants à leurs futures carrières. Malgré ces croyances, la recherche a montré que la formation en ligne est plus efficace et appropriée que la formation traditionnelle aux changements de la demande du monde professionnel réel. En ce qui concerne le manque d’acquisitions de compétences de terrain, la technologie est maintenant engagée à dispenser ces compétences à distance. Sous la supervision d’un tuteur, les étudiants peuvent reproduire la plus grande majorité de l’environnement de la salle de classe en utilisant les nombreux outils mis à disposition de l’étudiant, comme les logiciels de chats interactifs, la messagerie et les vidéos.

La disponibilité de possibilités de recherches scientifiques de haut niveau en ligne commence à dissiper le mythe selon lequel certains sujets des sciences de laboratoire ne peuvent pas être enseignés sur le Web.

Les étudiants optent de plus en plus pour un modèle d’apprentissage différent car plus flexible et permettant une adaptation idéale aux autres engagements de l’étudiant et à l’avancée rapide de la carrière des étudiants.

Une éducation de haute qualité en ligne signifie pour les étudiants  la possibilité de combiner éducation et forte employabilité. Les professeurs dispensant leurs cours en ligne témoignent que les étudiants qui sont entré dans la vie active ont tendance à avoir une vision plus réaliste du marché du travail car ils apprennent la théorie tout en la mettant en pratique directement sur le terrain, en milieu professionnel. En mettant en évidence leurs expériences professionnelles, les étudiants influencent de fait le contenu des tutoriels, entrainant un bénéfice pour tous.

Les tutoriels  sont un autre aspect de l’éducation supérieure en ligne dans lesquelles les préjugés persistent. La croyance populaire est que l’e-learning entraîne un contact social réduit et insuffisant entre l’étudiant et le professeur. Or, beaucoup de professeurs pensent le contraire, comme en témoigne David Newton, professeur et directeur de programmes en licence commerciale pour la formation en ligne « RDI » : « Lorsque j’enseignais dans les universités, j’ai souvent trouvé que les étudiants n’osaient pas frapper à la porte de mon bureau ou lever la main lors des cours pour poser des questions – en particulier ceux qui n’étaient pas à l’aise avec le thème étudié. La technologie, maintenant omniprésente au sein de nos vies modernes, a effacé ces barrières. Dans mon rôle actuel, les étudiants sont heureux de m’envoyer un email et de débattre certaines idées ou de prendre part de manière interactive au cours grâce aux tutoriaux vidéos via le « chat en direct ».

Enfin, les réfractaires de l’éducation en ligne citent souvent le fort taux d’abandon scolaire comme preuve que l’éducation en ligne ne fonctionne pas, que les étudiants eux-mêmes abandonnent  les cours dus aux insatisfactions. Cependant, loin d’être insatisfaits du contenu même des cours, c’est plutôt la capacité des étudiants à maintenir une autodiscipline et une bonne gestion du temps qui leur fait défaut.

 

Comme pour la plupart des innovations qui voient le jour dans notre monde, il y aura toujours des objections de la part de ceux qui favorisent les méthodes plus traditionnelles, malgré les preuves de l’efficacité de l’innovation et même si leurs craintes restent infondées. Ainsi, le problème auquel doit faire face la formation en ligne ne concerne pas sa capacité à dispenser des cours de qualité mais plutôt à faire face aux préjugés de notre monde moderne.

 

L’exemple de l’ETNA, école supérieur en informatique, est tout à fait illustratif en ce sens, nous vous invitons à regarder cette courte vidéo présentant le ressenti de professeurs et d’étudiants sur les avantages de l’e-learning :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *