La marque blanche se répand sur le marché du e-learning

La forte croissance du marché de l’e-learning (6% par an en Europe de l’Ouest) intéresse de plus en plus les entreprises, que ce soit pour leurs salariés ou leurs clients.
Pour leurs salariés, les entreprises préfèrent les formations e-learning aux formations physiques, ces dernières pesant plus fortement sur leurs coûts.
Pour leurs clients, l’e-learning peut constituer un certain apport à leurs produits et services. Par exemple, un opérateur téléphonique peut proposer des cours de langue sous son nom, sa marque. Pour autant, cet opérateur ne va pas développer une offre complète de cours de langues : ce n’est pas son cœur de métier. Il va utiliser une « white label », une marque blanche en français.

Une marque blanche, c’est quoi ? Définition.

Une marque blanche est une technique marketing par laquelle une entreprise A utilise les services ou produits d’une entreprise B en faisant apparaître son propre nom, de telle sorte que le visiteur pense que le service ou produit est conçu ou fabriqué par l’entreprise A. On dit alors que ce service est « brandé » puisqu’il utilise l’image de la marque de l’entreprise A.

Un exemple de marque blanche : les comparateurs de prix

Ces dernières années, le nombre de comparateurs de prix a explosé et ce pour deux raisons. Premièrement, c’est (c’était ?) un marché en forte croissance et très rénumérateur. Deuxièmement, il était relativement facile et rapide de créer ce type grâce, justement, à la marque blanche. En effet, des régies comme Adfever ou Plebicom proposaient ces comparateurs en white label. De nombreux sites utilisaient ainsi leurs services pour proposer leurs comparateurs. Et pourtant, ces régies n’avaient pas droit de cité sur ces sites. C’est tout l’intérêt de la marque blanche : proposer le service d’un autre sous son propre nom.

Autre exemple : Vodeclic, spécialiste de la formation en bureautique online, a lancé cet été un partenariat en marque blanche avec Auchan qui commercialise désormais des DVD de formation sous le nom « Auchan Services – Pack Formation Logiciels ».

La marque blanche et l’e-learning

Revenons au e-Learning. Il est lui aussi concerné par ces techniques de marque blanche. Comme nous l’avons vu brièvement, la marque blanche peut y être utilisée soit à destination des salariés d’une entreprise soit de ses clients.

Pour ses salariés, on peut ainsi utiliser, gérer, voire créer des programmes de formation en ligne. C’est ce que propose le site Onlineformapro aux entreprises. Ces dernières peuvent donner à leurs employés un accès à des programmes de formation en bureautique, informatique, secrétariat, comptabilité sous leur marque. Onlineformapro donne même la possibilité aux entreprises de créer leur propres modules d’apprentissage.

Les cours de langue en marque blanche

Cours de langues en marque blancheUne autre offre qui est en plein développement actuellement sur ce marché est celle des cours de langue en marque blanche. Si vous gérez une entreprise dont les produits ou les services sont en rapport avec la formation, les langues ou le voyage, cette offre peut être très intéressante et rémunératrice.

Your-Learning-Solution propose ainsi des cours de langue en ligne en marque blanche. L’entreprise donne la possibilité aux entreprises de vendre sur leur site des cours de langue de qualité, et ceci à leur nom bien entendu.

Vos internautes peuvent ainsi avoir accès à une plateforme d’apprentissage des langues produite par des professionnels, moyennant une commission, comme dans tout contrat de marque blanche.

Les possibilités sont donc nombreuses dans le domaine de la marque blanche. L’e-learning est l’un des domaines dans lequel cette technique marketing va sûrement se développer dans les prochaines années.

To be continued !

La formation en ligne : la bataille contre les préjugés académiques

Le monde d’aujourd’hui est en constante évolution, encouragé par les améliorations technologiques et la croissance d’internet, les gens vivent d’une façon particulière la manière avec laquelle ils se rencontrent, et tendent à s’isoler de plus en plus. Cela influence la façon qu’ont les étudiants d’apprendre.

Cependant, malgré le fait que la formation en ligne connaisse la croissance la plus rapide de tous les moyens d’apprentissage du secteur de l’éducation, elle se heurte à un fort scepticisme des élèves, professeurs et représentants du secteur public qui conservent une mauvaise image de l’éducation en ligne, et préfèrent que les étudiants reçoivent leur diplôme de manière plus traditionnelle. Nous avons cherché à savoir si ces inquiétudes concernant l’E-learning sont basées sur des préjugés ou si elles sont justifiées.

De manière générale, les réfractaires à la formation en ligne suggèrent que l’environnement des salles de classe offrirait des bénéfices exclusifs comme poser des questions directement au professeur, socialiser et avoir une expérience personnelle que les étudiants sont incapables de recevoir avec des cours à distance.

L’image de l’étudiant dans son pyjama, à peine conscient face à l’écran d’ordinateur faiblement éclairé, sans lequel sa chambre ne ressemblerait qu’à un abîme sans fond et sans lumière est le stéréotype courant des étudiants ayant obtenu leurs diplômes en ligne.

Les sceptiques suggèrent que les formations en ligne seraient d’avantage créées dans le but d’économiser de l’argent plutôt que de délivrer des diplômes de qualité. A cause de cette croyance populaire, il est courant dans l’opinion publique de penser que les diplômes obtenus en ligne valent moins que les diplômes universitaires traditionnels.

Ce qui reste au cœur des préoccupations des personnes réfractaires à la formation en ligne est le fait que la formation en ligne est antisociale et qu’elle ne peut préparer pleinement les étudiants à leurs futures carrières. Malgré ces croyances, la recherche a montré que la formation en ligne est plus efficace et appropriée que la formation traditionnelle aux changements de la demande du monde professionnel réel. En ce qui concerne le manque d’acquisitions de compétences de terrain, la technologie est maintenant engagée à dispenser ces compétences à distance. Sous la supervision d’un tuteur, les étudiants peuvent reproduire la plus grande majorité de l’environnement de la salle de classe en utilisant les nombreux outils mis à disposition de l’étudiant, comme les logiciels de chats interactifs, la messagerie et les vidéos.

La disponibilité de possibilités de recherches scientifiques de haut niveau en ligne commence à dissiper le mythe selon lequel certains sujets des sciences de laboratoire ne peuvent pas être enseignés sur le Web.

Les étudiants optent de plus en plus pour un modèle d’apprentissage différent car plus flexible et permettant une adaptation idéale aux autres engagements de l’étudiant et à l’avancée rapide de la carrière des étudiants.

Une éducation de haute qualité en ligne signifie pour les étudiants  la possibilité de combiner éducation et forte employabilité. Les professeurs dispensant leurs cours en ligne témoignent que les étudiants qui sont entré dans la vie active ont tendance à avoir une vision plus réaliste du marché du travail car ils apprennent la théorie tout en la mettant en pratique directement sur le terrain, en milieu professionnel. En mettant en évidence leurs expériences professionnelles, les étudiants influencent de fait le contenu des tutoriels, entrainant un bénéfice pour tous.

Les tutoriels  sont un autre aspect de l’éducation supérieure en ligne dans lesquelles les préjugés persistent. La croyance populaire est que l’e-learning entraîne un contact social réduit et insuffisant entre l’étudiant et le professeur. Or, beaucoup de professeurs pensent le contraire, comme en témoigne David Newton, professeur et directeur de programmes en licence commerciale pour la formation en ligne « RDI » : « Lorsque j’enseignais dans les universités, j’ai souvent trouvé que les étudiants n’osaient pas frapper à la porte de mon bureau ou lever la main lors des cours pour poser des questions – en particulier ceux qui n’étaient pas à l’aise avec le thème étudié. La technologie, maintenant omniprésente au sein de nos vies modernes, a effacé ces barrières. Dans mon rôle actuel, les étudiants sont heureux de m’envoyer un email et de débattre certaines idées ou de prendre part de manière interactive au cours grâce aux tutoriaux vidéos via le « chat en direct ».

Enfin, les réfractaires de l’éducation en ligne citent souvent le fort taux d’abandon scolaire comme preuve que l’éducation en ligne ne fonctionne pas, que les étudiants eux-mêmes abandonnent  les cours dus aux insatisfactions. Cependant, loin d’être insatisfaits du contenu même des cours, c’est plutôt la capacité des étudiants à maintenir une autodiscipline et une bonne gestion du temps qui leur fait défaut.

 

Comme pour la plupart des innovations qui voient le jour dans notre monde, il y aura toujours des objections de la part de ceux qui favorisent les méthodes plus traditionnelles, malgré les preuves de l’efficacité de l’innovation et même si leurs craintes restent infondées. Ainsi, le problème auquel doit faire face la formation en ligne ne concerne pas sa capacité à dispenser des cours de qualité mais plutôt à faire face aux préjugés de notre monde moderne.

 

L’exemple de l’ETNA, école supérieur en informatique, est tout à fait illustratif en ce sens, nous vous invitons à regarder cette courte vidéo présentant le ressenti de professeurs et d’étudiants sur les avantages de l’e-learning :

 

 

L’E-LEARNING ET L’ARMÉE BRITANNIQUE

 

La formation dans le domaine de la défense est un sujet vaste et les enjeux en cas d’échec sont importants. Que ce soit les entrainements de recrutement pour rejoindre les rangs de l’armée ou pour développer sa carrière, la raison est claire : afin d’améliorer en continu les compétences opérationnelles des militaires, les forces militaires britanniques sont pleinement préparées au théâtre moderne de la guerre.

Même si certains aspects n’évoluent pas, généralement, le secteur militaire est plutôt flexible et ouvert au changement. Les éléments stratégiques sont sujets au changement, tout comme les nouvelles technologies  et les nouvelles politiques globales qui requièrent différents modes d’opération militaire, et d’un point de vue tactique, les compétences opérationnelles sont acquises par l’expérience terrain en première ligne. Ainsi, le service militaire des hommes et des femmes requière un entrainement assidu afin de s’adapter à un environnement en constante évolution.

Correctement mise en place, la formation à distance peut servir d’alternative à des approches plus traditionnelles de la formation. En effet, la vie des militaires n’a rien de monotone et la formation à distance représente pour eux l’opportunité de combler le manque laissé par leur absence lorsqu’ils doivent partir loin de leur lieu d’habitation permanent, comme c’est souvent le cas.

En 2001, la revue sur la formation de défense concluait que le ministère de la défense avait ignoré les avancées technologiques qui aurait pu être utilisé afin d’améliorer les programmes de formations existantes. Depuis ce rapport, le ministère de la défense a reconnu l’importance de moderniser son approche et de reconnaitre l’apprentissage de l’E-learning comme une méthode d’apprentissage pertinente pour ses employés. Il a depuis fait appel à British Telecom pour créer ensemble le plus grand programme du genre en Europe.

En Juin 2004, le ministère e la défense et British Telecom ont lancé le portail de la formation de défense. British Telecom fournit la plateforme E-learning et les applications nécessaires tandis que le ministère de la défense se charge du contenu, chacun de façon interne et par le biais de parties externes. Géré depuis le centre de défense du support de formation, situé à RAF Halton, UK, chapeauté par le directeur général de la formation et de l’éducation, le centre appelle cela un « un lieu d’accès aux e-produits depuis les cours en ligne jusqu’à la formation à distance ».

 

La compréhension des utilisateurs a été largement indexée comme une marque de son succès. La part des utilisateurs a atteint un taux  d’environ 25000 nouveaux usagers par an, et représente maintenant 250000 employés du ministère de la défense, avec une moyenne de 4200 utilisateurs par mois s’enregistrant à des modules en ligne. En 2004, le portail d’apprentissage de la défense possédait plus de 50 cours enregistrés, il possède maintenant plus de 1600 cours depuis la lecture de carte militaire  jusqu’à une formation balistique.

Il était impératif pour le ministère de la défense de réduire les coûts et l’impact sur les devoirs du front. Depuis sa mise en place, le ministère de la défense a déjà vu des exemples où les cours qui comprennent 5 heures d’E-learning, ce qui permettra d’économiser 30 millions £ par an. Cependant, chaque cas est unique et les militaires insistent sur le fait que la plupart des cours ont un retour sur investissement réel faible.

Les standards de qualité

Le développement mondial des nouvelles technologies, la rapide distribution et la facilité d’accès à Internet a rendu possible pour l’E-learning de se développer tout autour du globe.
Grâce à la vitesse de développement de l’Internet ces dernières années il y a eu un « E-hype » qui a apporté une multitude de produits E-learning de qualités différentes sur le marché.
Les entreprises et les particuliers au niveau international doivent réaliser une demande croissante à l’international, afin d’économiser les coûts et le temps. Afin de rester compétitif et efficace, de plus en plus d’entreprises installent des programmes E-learning pour leurs employés.

Cependant, le marché de l’E-learning est entrain de s’accélérer en rendant de plus en plus difficile la distinction entre les produits de bonne et de mauvaise qualité. Les standards de qualité n’ont pas été correctement pensés jusqu’à maintenant  « Au moment où le marché de l’E-learning est fortement partagé il est important de conserver une bonne sécurité au moment de l’achat, de la transparence et l’utilisation de ressources d’apprentissage au travers de standards. » Cela signifie qu’il est encore important pour les utilisateurs d’évaluer la qualité des produits eux-même.

Néanmoins, la définition de qualité est utilisée de manière excessive. Après tout, la qualité est subjective et appartient à la vision de l’utilisateur. «  Un fournisseur de programmes d’apprentissage appréhende la notion de qualité d’une manière différente à celle de l’internaute, du formateur ou d’un membre du département des ressources humaines ». Cependant il est clair que le maintien d’une bonne qualité est important pour la survie de l’E-learning dans un marché déjà saturé de nombreux produits.

Une manière simple de se rendre compte de la qualité d’un programme E-learning est de faire une rapide liste applicable à presque tous les genres de produits et services. Cette liste est composée de quatre aspects.
Premièrement, les faits concrets devraient être pris en considération. Nous faisons ici  référence à la localisation de l’entreprise, la présentation claire des contacts et les objectifs généraux d’apprentissage.
Deuxièmement, les faits techniques sont également importants. Ceci inclut les outils informatiques nécessaires à l’installation du produit, les pré-requis du système, et la vitesse du programme lui-même.
Troisièmement, les utilisateurs devraient prendre en compte le niveau de convivialité ainsi que l’ergonomie. Cette catégorie se réfère à la présentation des informations et des coûts associés éventuels.
Finalement, les utilisateurs devraient garder en tête la méthodologie d’enseignement et le contenu. Ce dernier élément évalue la solvabilité du programme E-learning pour certains groupes ciblés comme le niveau de motivation des utilisateurs lors de l’utilisation du produit E-learning .

En Allemagne, il y a un nouveau projet qui a été entrepris : l’initiative de qualité du E-learning en Allemagne (Qualitätsinitiative E-Learning Deutschland, or Q.E.D.) se charge d’établir de nouveaux standards de qualité dans l’industrie du E-learning. Un des objectifs de cette initiative est de créer une certification nationale, un diplôme E-learning « made in Germany ». Cette initiative a été présentée en partenariat avec le ministère fédéral allemand du commerce et de la technologie (Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie, ou BMWi). De plus, un autre objectif est la création des standards internationaux pour l’E-learning basé sur la formation.

Les femmes d’affaire et l’e-learning

Développer ses propres idées d’entreprise, partager son expérience et son savoir afin d’augmenter la valeur de son entreprise, en bénéficiant de l’aide d’un mentor ou en devenant soi-même  le mentor, en créant un réseau de contacts afin de créer un apport commun : en bref, c’est le panel des opportunités dont les femme d’affaire et membres de « Fe :male » peuvent profiter en Europe.

Read more

Les prisons européennes se mettent à l’E-learning afin de réduire le taux de récidive

Les études ont montré que l’emploi, le logement, l’environnement familial, les influences relationnelles (des amis criminels par exemple), les difficultés et l’exclusion depuis le monde extérieur sont les principales barrières empêchant les ex-criminels de se réintégrer dans la société. 30 prisons européennes, en particulier au Royaume-Uni, en Norvège, en France, en Roumanie et en Italie, se tournent de plus en plus vers l’e-learning pour surpasser ces obstacles.

prison-law

Premièrement, l’éducation et l’enseignement limite l’activité criminelle car elle aide les personnes, équipées des outils informatiques nécessaires, à obtenir un niveau de vie correct ; et, au moins dans une certaine mesure, à renforcer les normes sociétales qui abolissent les comportements criminels qui, le plus souvent, mènent à l’incarcération. Une étude récente conduite dans les prisons au Royaume Uni montre que la majorité de la population en prison se caractérise par un manque de compétences. En effet, 50% des prisonniers n’ont pas les compétences requises par 96% des emplois. 43% ont un niveau de lecture au même niveau ou à un niveau en-dessous de ce qu’on attend d’un enfant de 11 ans et seulement 20% peuvent remplir un formulaire pour postuler à une offre d’emploi.

Deuxièmement, les experts s’accordent à dire qu’éduquer et soutenir les détenus, avec des opportunités de développer leurs compétences, améliore leurs chances d’être employé une fois que leur peine est achevée. Même durant cette période de pression fiscale, l’e-learning est vu comme l’approche récente et flexible permettant aux détenus de s’en sortir. L’E-learning permet également aux détenus  d’avoir accès à l’éducation durant leur temps libre, en bénéficiant d’un large choix de cours afin de développer et d’approfondir leurs qualifications sans manquer d’autres activités. Par ailleurs, les prisonniers ont déclaré qu’une fois qu’ils avaient commencé, beaucoup d’entre eux trouvaient que cette approche novatrice permettait de raviver l’envie de continuer sur la voie de l’éducation longtemps après que leur peine ne soit terminée.

Enfin, les bénéfices du elearning vont plus loin que l’éducation générale ou professionnelle des compétences. Les technologies sont devenues omniprésentes dans notre monde actuel, sur le lieu de travail aussi bien qu’à la maison. L’E-learning donne l’opportunité d’acquérir des compétences digitales plus que nécessaire de nos jours. Les prisonniers peuvent ainsi augmenter leur confiance en eux grâce à la connaissance de tels outils technologiques fournis par les gouvernements et autres organisations. Le gouvernement du Royaume Uni par exemple est actuellement entrain de revoir les bénéfices que les prisonniers tirent du système, bientôt l’accès à des soutiens financiers, des offres d’emploi et des services immobiliers seront entièrement en ligne. De ce fait, sans les compétences informatiques requises, les anciens détenus seraient laissés pour compte par ces moteurs de recherche et certaines opportunités qui en découlent. En outre, sur le terme de la réintégration des anciens détenus au sein de la société, les réseaux sociaux peuvent apporter une présence initiale permettant de lutter contre la solitude et les difficultés de se réintégrer dans la société.

Guy Pottle, qui a utilisé l’E-learning dans l’espoir de changer de vie a été « envoyé en prison en 2006 pour délit grave, Guy a gagné un certains nombre de qualifications qui l’ont menées à une offre d’emploi à sa sortie de prison. Cela n’a pas été facile pour Guy, mais son implication, ajoutée aux bénéfices de l’E-learning, lui ont permit d’avoir l’opportunité de se réintégrer à sa sortie de prison et de ne pas commettre d’autres crimes. » (public service.co.uk).
Bien qu’il soit un peu tôt pour parler de l’E-learning en tant qu’outil de réinsertion, la logique suggère que cette solution pourrait être extrêmement efficace pour briser le cercle de la récidive, dans lequel les anciens détenus se trouvent si souvent entrainés.

La croissance rapide de l’elearning en Europe de l’ouest

Les résultats du rapport récemment publié par Ambien Insight, une entreprise internationale spécialisé dans la recherche elearning, montrent que le marché de l’elearning autonome en Europe de l’ouest connaitra une croissance de 5.8% dans les quatre prochaines années. Les revenues attendus sont estimés à 8.1 milliards $ (6.2 milliards €) en 2016 comparé au 6.1 milliards $(4.7 milliards €) gagné en 2011. Ainsi, que pourra-t-on trouver dans ce rapport ?
67_statistics
Le rapport explique le taux de croissance est à diviser entre 22 pays de l’Europe de l’ouest. Tandis que le taux de croissance dans l’Europe de l’ouest est de 5.8%, d’autres pays montrent un taux de croissance bien plus élevé (dans certains pays, le taux de croissance avoisine les 37.6% !). Cependant, les marchés de ces pays sont relativement nouveaux, et ils offrent aux fournisseurs de nouvelles opportunités de faire des bénéfices. C’est également le cas en Europe de l’est, dont la situation économique est détaillée dans un rapport séparé.

« Au sein du marché occidental, les revenues sont encore concentrés dans les départements d’achat au sein de l’entreprise dans certains pays. » révèle Sam S. Adkins, gérant de la section de recherche. Il ajoute que cette situation va changer pendant la prochaine période avec les institutions académiques qui perdront un certain nombre de leurs acheteurs en 2016. Actuellement, des efforts sont faits en matière d’installations digitales dans le système scolaire français, polonais, italien, roumain, tchèque et espagnol.

« Les produits e-learning qui génèreront les revenues les plus importants en Europe de l’ouest dans un futur proche sont les sites de contenu » ajoute le PDG Tyson Greer. « Il y a une explosion de la demande pour les outils et plateformes basés sur des systèmes de cloud, en Europe de l’ouest. Le taux de croissance est de 13.6%, le plus élevé parmi tous les produits dans cette région du monde. »

Une tendance intéressante en Europe de l’ouest est la présence croissante d’universités virtuelles nationales instaurées par le gouvernement. La Finlande, la Suède, la Norvège, la Bulgarie et la Suisse ont déjà des universités virtuelles nationales, et elles bénéficient d’un succès inattendu. L’université virtuelle bavaroise d’Allemagne est un exemple de campus virtuel fondé par le gouvernement.

Cependant, bien que l’e-learning soit entrain de devenir de plus en plus important dans la vie de tous les jours, il est invraisemblable que cette solution remplace les universités physiques. Tandis que l’accès à l’information se transforme et que les livres réels sont remplacés par des virtuels, il est difficile de déterminer exactement la nature du changement. L’avenir nous le dira…

La Vidéo et le E-Learning

Dans un post précédent, nous vous avions présenté le projet e-learning développée par Harvard : une plateforme en ligne entièrement gratuite, proposant des cours réalisés par des professeurs. Baptisée edX, elle est accessible à tous et connait déjà un fort engouement. Stanford avait déjà il y a quelques temps, elle aussi ,expérimenté  le e-learning en mettant en ligne plus de 200 cours gratuits sur son portail Coursera, disponible dans plus de 33 universités ( Columbia, Princeton, Melbourne …).

70_student
Ces  deux projets soutiennent et favorisent la diversité  des supports ( caractéristique essentielle du e-learning ) :  mise en ligne de séries de vidéos (sous-titrées en plusieurs langues), quiz, forums de discussion, wikipages réalisés par les étudiants eux-mêmes ou encore des communautés d’étudiants qui peuvent créer, à leur propre initiative, des « meetup » pour se réunir et échanger sur des thématiques en face-à-face. Tous ces projets montrent bien que le E-Learning est une méthode de formation reconnue qui est entrain de devenir de plus en plus une alternative envisagée dans le domaine de la formation.
Actuellement le E-Learning continue sa démocratisation et sa volonté de devenir  accessible au plus grand nombre ! Aujourd’hui, un nouveau support e-learning est entrain de se développer : la diffusion et l’apprentissage par la vidéo. De l’autre côté de l’Atlantique, des portails novateurs proposent désormais du e-learning essentiellement basé sur le support vidéo : par exemple la Khan Academy, un des précurseurs de ces approches de portail vidéo d’apprentissage avec près de 3400 vidéos de cours. La vidéo peut ainsi devenir un outil indispensable au e-learning, et également faire taire ses détracteurs : certains reprochent aux plateformes  en ligne de manquer «  de chaleur humaine », et qui avancent que  « rien ne peut remplacer la présence humaine ». Aujourd’hui avec l’utilisation croissante des vidéos dans les processus de formation en ligne, on  comble ces lacunes, et on renforce encore plus la motivation du stagiaire (motivé par la diversité de support !)
Le E-learning s’affirme de plus en plus comme une technologie incontournable dans le domaine de la formation. Et pourtant, son développement en quantité (de plus en plus de personne ) et en qualité ( des entreprises ou des particuliers de tout horizon) n’en est pour le moment qu’à ses prémisses …

L’E-learning pour les pompiers

Aujourd’hui l’UL, une entreprise indépendant scientifique de sécurité globale, a introduit quatre modules d’E-learning avec des unités d’éducation en continue (CEUs) pour le personnel du feu, qui enseigne une aire nouvelle et avancée de la science du feu.

72_firefighters

Avec plus d’un siècle d’expérience en solutions de sécurités innovatrices, depuis l’adoption publique de l’électricité jusqu’aux nouvelles grandes découvertes en matières de développement durable, énergie renouvelable et nanotechnologie, UL est une excellente démonstration de la façon dont le e-learning peut fonctionner au sein de nombreux secteurs professionnels.

Avec le système de formation de l’UL, vous pouvez trouver certains cours qui permettront aux pompiers de comprendre mieux les enjeux environnementaux des maisons modernes et les compétences opérationnelles nécessaires, afin d’améliorer la sécurité.
L’UL a remarqué que pour plus d’un million de pompiers travaillant aux Etats-Unis aujourd’hui, les changements dans la construction et le design des logements modernes contribuent à créer une nouvelle réalité, car les feux peuvent devenir incontrôlables en moins de 3 minutes (se transformant en décharge électrique huit fois plus vite qu’avant), et aussi parce que , bien plus qu’auparavant, les équipements sont constitués de  matériaux synthétiques qui génèrent des fumées toxiques et qui brulent rapidement au contact du feu.
Avec l’utilisation de panneaux photovoltaïques, les pompiers doivent de plus en plus faire face à  des chocs et des risques de blessures lorsqu’ils tentent de démonter les systèmes photovoltaïques  en situation de feu.
« Nos modules eLearning nous permettent de délivrer une connaissance pertinente basée sur les nouvelles sciences et la recherche sur le terrain, dont les vies dépendent de l’accès à des résultats précis de test de brûlure de pointe » a expliqué Steve Kerber, Ingénieur de Recherches du Feu pour l’UL. « Nous espérons que ces informations permettront aux professionnels de l’urgence de faire des choix tactiques basées sur une meilleure information dans un monde empreint de situations nouvelles et de plus en plus complexes. »

UL a ajouté que sa nouvelle formation construisait un engagement de longue date dans la collaboration sur la recherche au sein des organisations contre le feu, des laboratoires scientifiques et du gouvernement nord-américain, y compris le FDNY, l’organisation contre le feu situé à Chicago, l’institut national des standards et de la technologie (NIST), et le département pour la sécurité nationale (DHS). Ces contacts soutiennent la recherche, l’expérience et l’attention en la matière dont l’industrie a besoin pour aider  à comprendre et à limiter les risques.

Et maintenant, au travers de l’eLearning exclusif sur demande provenant des services de la connaissance, UL partage sa direction de méthode unique avec les professionnels du feu tout autour du monde.
Basés sur la recherche de propriété et l’expertise d’industries récentes, ces cours présentes des données pertinentes sur les incendies et délivre une meilleure compréhension des accidents et risques associés à l’actualité du secteur du feu.

Des unités d’éducation continue (CEUs) sont disponibles avec chaque module de formation et pourrait être attribué à un secteur d’études de procédures dans la lutte contre le feu et la science du feu.

L’apprentissage Écologique

C’était en 2004. Les tablettes et les smartphones n’étaient pas encore arrivés, et ne représentaient alors que quelques infimes parties de l’imagination d’ informaticiens brillants. En 2004, 11 universités, gouvernements, agences, instituts de recherche, entreprises et institutions de formation en Europe sont devenus promoteurs de la « Charte de Naples pour l’éducation environnemental via le elearning ».

L’apprentissage Écologique

Huit années plus tard, les pionniers de cette initiative allait se rencontrer les uns après les autres afin d’évaluer le progrès effectué depuis de récentes années en distançant les technologies éducatives par des développements futuristes. L’activité internationale sur le « elearning et l’agriculture biologique » se tiendra à Naples, accueillant la participation active des leaders internationaux dans la gestion écologique et durable de l’éducation. L’évènement est libre d’accès et ouvert à toute personne intéressée par les problématiques éducatives et environnementales.
La période actuelle de crise économique générale, d’un autre côté, peut devenir un moyen constructif de formation et d’éducation innovatrice dans le but de soutenir le développement durable. L’objectif premier est de trouver des solutions d’économie d’énergie  disponibles partout, et non seulement directement sur la production d’énergie.
La formation se concentrera sur des outils technologiques qui peuvent aider de manière significative à économiser l’énergie. Le E-learning est, par nature, un outil de formation qui peut limiter significativement les déplacements  physiques de personnes, et donc aider à réduire les émissions de carbone.
Avec le e-learning, il est possible d’obtenir des bénéfices environnementaux quasi-immédiats, indépendamment du contenu des cours. Ceci peut être réussi en utilisant les meilleures technologies disponibles, sans avoir besoin d’attendre pour les utilisateurs de la formation (et parfois les fournisseurs) pour acquérir le bon état d’esprit et les bonnes attitudes.

Cependant, il est indéniable que, pour les entreprises qui apportent des activités en relation avec « l’économie verte », l’elearning est plus important, du fait de la sensibilité écologique inhérente à ces entreprises. Pour ces organisations, il est possible de parler de quelque chose d’encore plus significatif, qui pourrait très bientôt être définit comme de « l’apprentissage vert ».

Page 1 sur 1112345...10...Last »